Logo de l'Institut Vajra Yogini

Programme d'études bouddhiques approfondi

Christian Charrier et Guéshé Lodèn

Dates et inscriptions

Livret de présentation du cursus

Les modules

« Par l’étude vient la compréhension ; mais de cette compréhension il faut faire bon usage. Il est donc essentiel que l’on mette en pratique, le plus possible, ce que l’on a étudié. »

Synthèse bien connue des enseignements essentiels du véhicule des soutras, le Lamrim commence avec la dévotion correcte au maître et le renoncement, pour nous amener graduellement jusqu’à l’altruisme suprême et la vue (philosophique) de la Voie du Milieu. Il comprend traditionnellement trois grandes divisions : les étapes correspondant aux pratiquants de petite capacité, celles qui correspondent aux pratiquants de moyenne capacité et enfin celles des pratiquants de capacité supérieure.

Présentés d’une manière claire et concise, ces enseignements constituent à la fois le fondement et le cadre de l’ensemble du programme d’études.

« Tout accomplissement humain est précédé d’une cognition valide. »

Cette introduction à la pensée bouddhique sur l’esprit et ses fonctions comprend à la fois une présentation de la faculté cognitive dans ses différentes formes, valides et erronées, et dans le cadre de la psychologie bouddhique, une description des états mentaux positifs et négatifs en rapport avec la pratique de la voie vers la libération.

« La forme est vide. La vacuité est la forme. La vacuité n’est pas autre que la forme et la forme n’est pas autre que la vacuité. »

Le célèbre Soutra du Cœur révèle la vérité de la vacuité au cours d’un bref dialogue entre deux des plus illustres disciples du Bouddha, Avalokitèshvara et Sharipoutra. Le commentaire traditionnel développe les notions présentées dans le style ésotérique du soutra, de manière à clarifier la nature de la sagesse qui réalise la vacuité et les pratiques de l’aspect « méthode » qui en sont le complément indispensable.

 « Aussi longtemps que l’espace durera et tant que les êtres souffriront, puissé-je moi aussi demeurer afin de dissiper la souffrance du monde » Le mode de vie d’un bodhisattva, Shantidéva.

L’enseignement sur les activités des bodhisattvas est basé sur les versets inspirants de Shantidéva concernant l’aspiration et la pratique du Mahayana. Ces versets, composés il y a plus de mille ans, sont encore amplement considérés comme le guide le plus authentique et complet du pratiquant dédié à l’Eveil de tous les êtres. Un vrai classique d’une envergure considérable couvrant des sujets essentiels, à partir de technique simple pour travailler sur les émotions destructrices jusqu’au débat le plus subtil sur la vérité ultime.

« Ma doctrine a deux aspects : conseils et vues. Aux enfants, je prodigue des conseils. Aux yogis, j’enseigne les vues. »

Partant de l’idée que le Bouddha a donné divers enseignements à des auditoires divers en fonction de leurs diverses capacités, les érudits tibétains ont élaboré, à partir des nombreux courants de la pensée bouddhique indienne, un système de quatre écoles philosophiques. L’enseignement de ces quatre vues est un moyen de s’approcher des enseignements philosophiques les plus profonds en passant par l’étude préalable de niveaux plus accessibles.

« Je m’incline devant celui qui, sans commencement ni milieu ni fin, jouit de la paix tranquille et d’un esprit clair ayant atteint son plein développement ; devant celui qui a clarifié ses propres aspects et, ayant accédé à cette clarté, montre constamment des voies intrépides afin d’apporter des réalisations à ceux qui en sont dépourvus… » Uttaratantra, Maitreya

Cet enseignement qui figure parmi les plus importants dans toutes les traditions du bouddhisme tibétain s’attache principalement à élucider le sens de notre nature de bouddha, en particulier la vacuité de l’esprit qui est ce qui lui permet d’évoluer vers un état d’Eveil complet.

« Ainsi, les bodhisattvas sont semblables aux paons : ils se nourrissent des perturbations, ces plantes vénéneuses. Les transformant en l’essence de la pratique, ils prospèrent dans la jungle de la vie quotidienne. Ils acceptent toujours tout ce qui se présente à eux, tout en détruisant le poison du désir-attachement. » La roue aux lames acérées.

Ce texte est une explication des moyens de développer et de raffermir l’attitude du Mahayana – l’aspiration à devenir un bouddha pour le bien de tous – et en particulier de la méthode permettant de transformer les conditions adverses pour les faire concourir à ce but.

Ce texte de Maitreya explique principalement comment sortir du cycle des existences. Nous apprenons à voir que notre corps constitue la base de toutes nos expériences de souffrance et à souhaiter nous en débarrasser au plus vite pour obtenir un corps de sagesse, pur et libre de toute souffrance. Parmi les nombreux aspects analysés, est traitée la manière de développer le calme mental et la vue pénétrante ainsi que les résultats obtenus quand la production de ces deux qualités est alliée ou non à bodhicitta ou à d’autres états mentaux comme le renoncement, la vue juste, etc. Ainsi l’étude de ce texte peut devenir la cause pour éliminer l’existence cyclique et donner comme résultat l’Eveil ou la bouddhéité.

« En bref, la bouddhéité obtenue au bout d’innombrables ères cosmiques, vous y accéderez au cours de cette vie même, grâce à la béatitude la plus excellente, l’état de Vajradhara. »

Ce module consiste en une vue d’ensemble concise de la structure de la voie tantrique. La particularité unique du tantra est de combiner la méthode et la sagesse par la méditation sur la forme parfaite d’un bouddha en tant qu’elle est complètement vide d’existence véritable.

Les « Soixante-Dix Sujets » permettent d’étudier la totalité de la voie vers l’Eveil selon les soutras, telle qu’elle est présentée dans l’Ornement des Réalisations Claires, avec toutes les caractéristiques fondamentales de la base, du chemin et du fruit, selon le Mahayana.

La mort, l’état intermédiaire et la renaissance sont les piliers du samsara, cette situation où nous sommes contraints encore et encore à de nouvelles naissances par la force de nos actions passées et de nos perturbations. Mais ces trois états sont aussi ce que dans la pratique du tantra supérieur on appelle «les trois corps de base» car ils constituent la base de leur transformation, animée d’une aspiration altruiste, en Corps de Vérité, Corps de Jouissance et Corps d'Émanation d’un bouddha. Cette transformation s’effectue en imaginant pendant la méditation les étapes du processus de la mort qui aboutissent à l’apparition de l’esprit de claire lumière.

Le commentaire d’un tantra supérieur lié à une déité particulière sera donné du point de vue des phases de création et de perfection. Dans la première, l’imagination est utilisée comme moyen de «créer» la forme et l’environnement purs d’un bouddha. Elle est suivie de la phase de perfection au cours duquel le pratiquant accroît sa maîtrise des énergies subtiles, entraînement dont l’aboutissement est l’aptitude à manifester le puissant esprit de claire lumière – l’esprit optimum pour la réalisation de la vacuité – et finalement l’union de l’esprit de claire lumière et du corps illusoire.

Le cursus "PEBA"

Le Programme d’études bouddhiques approfondi (Péba) est une occasion unique d’approfondir la théorie comme la pratique du bouddhisme tibétain en étudiant une grande variété de sujets fondamentaux sur les bases de textes racine traditionnels sélectionnés par Lama Zopa Rinpoché.

Le but essentiel étant de mieux intégrer le Dharma dans la vie quotidienne, ce programme met l’accent sur une approche équilibrée combinant enseignements, classes de révision, groupes de discussion, pratique de la méditation, lectures, travail personnel et retraites. L’accent est également mis sur le respect de l’éthique et le développement de l’esprit de service.

Les modules de ce programme sont enseignés par Guéshé Tènzin Lodèn tout au long de l’année, à raison d’un week-end par mois et pendant une semaine en été.

Ce programme est destiné aux étudiants qui désirent progresser au-delà des cours de Découverte du bouddhisme et qui sont prêts à s’engager dans une étude et une pratique plus approfondies, englobant l’ensemble de la tradition bouddhique tibétaine de Lama Tsongkhapa.

Enseignants

Guéshé Lodèn au centre bouddhiste de Marzens

Guéshé Lodèn est notre maître résident de l’Institut. Il est né à Bylakuppe, dans le sud de l’Inde, en 1961. Il entre au monastère de Séra Djé à l’âge de 9 ans et poursuit ses études jusqu’à l’obtention du titre de guéshé, en 1994. Il passe ensuite plus de six ans en retraite stricte.

De 2003 à 2006, il occupe le poste de maître de chant (oumzé), toujours dans son monastère de Séra Djé, qu’il accepte de quitter fin 2007, pour succéder à Guéshé Tenzin Dorjé en tant qu’enseignant principal de l’Institut Vajra Yogini.

Portrait de Christian Charrier

Christian Charrier a été résident à l’Institut de 1982 à 1988. Après avoir effectué une retraite de trois ans, Christian traduit les textes fondamentaux du bouddhisme et enseigne à l’Institut.

Les Éditions Mahayana ont notamment publié le Sanghata soutra, le Soutra de la Lumière dorée et la Roue aux lames acérées. On trouvera également d’autres ouvrages qu’il a traduits aux Éditions Claire Lumière et Padmakara (« série Tsadra »).

Webcast

Tous les enseignements de ce cursus sont accessibles en vidéo en direct et en différé.

Conditions de participation

  • Ce programme s’adresse à des étudiants qui ont déjà reçu un enseignement complet du lamrim. Il est cependant ouvert à tous ceux qui souhaitent le suivre en auditeur libre.

Si vous souhaitez vous inscrire à l’ensemble du cursus d’étude en tant qu’étudiant et ainsi bénéficier d’un suivi, merci de remplir ce formulaire. Il ne sera pas possible de s’inscrire au cursus actuel après la fin du 1er module.

Pour le bienfait de tous, chaque étudiant qui s’inscrit s’engage, dans la mesure du possible, à :

  • assister aux week-ends d’enseignement annoncés dans l’agenda de l’Institut,
  • en cas d’absence exceptionnelle, à écouter l’enseignement sur internet,
  • à consacrer 20 mn à une méditation quotidienne,
  • à étudier régulièrement, à effectuer et à rendre le travail personnel,
  • à participer à toutes les activités (enseignement, groupes de discussion, méditations, sessions de clarification)

Il est nécessaire d’être membre de l’association Centre Bouddhiste de Marzens pour suivre le programme en tant qu’étudiant.

Pour plus de détails sur les conditions, consultez le livret de présentation du PEBA.

Validation du cursus

La validation d’un module requiert d’avoir participé à toutes les activités et enseignements des week-ends, d’avoir fait le travail personnel de chaque week-end dans les temps impartis et d’avoir participé à l’évaluation proposée en fin de module.

Pour être qualifié à se présenter à l’évaluation finale, tous les modules devront avoir été validés.

Les étudiants qui auront parachevé tous les éléments du programme à la fin du cursus, recevront du département de l’éducation de la FPMT, un certificat de fin d’études conçu par Lama Zopa Rinpoché.

Pour plus de détails sur la validation, consultez le livret de présentation du PEBA.